Un livre coup de poing. Coup de coeur.

23 septembre 2019 / Commentaires

Il y a de ces lectures qui restent en vous. Une fois après avoir refermé le livre, les mots, l’histoire, prennent de l’ampleur. Ou vous reviennent soudainement en mémoire. C’est exactement ce que j’ai ressenti après la lecture d’Anna et l’enfant-vieillard.

Ici, Francine Ruel offre quelque chose de différent, de très intime. Elle ose et aborde de plein front l’itinérance de son fils. Sous forme d’impressions, de parcelles de vie, elle nous raconte l’histoire d’une mère, Anna, qui doit faire le deuil de son enfant vivant. Parce que cet enfant, ce petit garçon qu’elle a tant aimé, qui était joyeux, qui l’aimait aussi, n’est plus. Il est devenu un homme qui a choisi un autre chemin.

***

***

Après une attaque gratuite et extrêmement violente, ce fils ne se relèvera plus. Oui, il marche encore. Mais en lui, quelque chose s’est brisé. Pour fuir à sa manière, il se met à consommer. De plus en plus. Des drogues. De plus en plus dur. Et se retrouve à la rue, malgré l’aide, le soutien qu’on lui apporte.

Anna et l’enfant-veillard, c’est le parcours d’une femme qui doit lâcher prise, apprendre à vivre pour elle. Accepter de laisser son fils toucher le fond. Quitte à grelotter dans son lit, en pleine vague de froid extrême, lorsqu’elle sait le sait dehors. Dans la rue. Quitte à trembler chaque fois que le téléphone sonne dans la nuit. Si c’était pour annoncer le pire?

Avec sa plume à la fois directe et poétique, Francine Ruel écrit de manière à ce que l’on ressente vraiment les états d’âme, les inquiétudes, les montagnes russes d’espoirs et de déceptions, d’une mère.

Ce livre est puissant et touchant. À lire.

Anna et l’enfant-vieillard

Francine Ruel

Éditions Libre Expression

200 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *