Dans la boue! Comme dans l’enfance!

15 juillet 2018 / Commentaires

– On va marcher sur le bord du fleuve.

Mon frère, le seul, notre aîné a lancé l’idée. Les filles, ses soeurs, les beaux-frères, la belle-soeur, on a suivi. Enthousiastes. Une expédition, comme avant.

Des souvenirs d’enfance qui remontent. On allait à Saint-Jean-Port-Joli plus jeunes. Nos parents nous laissaient aller marcher longtemps dans la boue. En revenir complètement couverts. Ces fois-là, tout était permis. Salir  nos vêtements, se faire des masques, s’en mettre sur tout le corps de cette vase qui séchait, qui craquait ensuite, à notre plus grand plaisir.

Hier, la boue, n’était pas prévue au programme. J’avais ma jupe blanche. Mon chandail blanc. Et tout allait bien sur le sable…

– On retourne par la boue!

– Oui!!

– Comme avant!

Sauf qu’avant, on n’avait pas de bottes. On marchait pieds nus… et on était plus légers faut croire.

Le retour a été trois fois plus long. On a calé dans la glaise. On a glissé. La botte de ma soeur est resté coincée. Ça nous a pris du temps à pouvoir la retirer. (On s’enfonçait vraiment.) On a eu juste un peu peur de tomber. On a seulement un peu glissé, et sali nos mains. Puis nos vêtements.

Finalement, j’ai enlevé mes bottes. Et c’est en patinant, en pieds de bas, que j’ai atteint la terre ferme. Sous les encouragements de tous les autres qui nous attendaient. Parce que dans une expédition (même si elle dure juste deux heures), on s’encourage. Et on s’attend.

 

Oui, nous avons atteint la terre ferme.

Avec la même fierté de l’enfance d’y être arrivée.

Et le même plaisir.

Comme avant. Je vous le dis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *