Le soir où je lui ai juré qu’on mangerait du surgelé jusqu’à la fin de nos jours…

5 octobre 2016 / Commentaires

Je sais, les disputes ne sont pas mauvaises pour un couple. Elles permettent parfois de corriger le tir, de dire le trop-plein, d’évacuer. Mais dans mon couple, elles sont… inexistantes! Oubliez les réconciliations passionnées, les promesses d’amour qui s’en suivent. Certains y carburent, nous pas. Sauf la fois…

Oui, cette fois où  j’ai oublié de dire à mon amoureux que le souper du soir avait été préparé ni pour le blogue, ni pour une de mes nombreuses expériences culinaires. C’était notre cinquième anniversaire de mariage, que je voulais célébrer dignement. Depuis une semaine, je cherchais la recette parfaite –  compliquée, difficile à faire, qui l’étonnerait.

ET J’AI OUBLIÉ DE LUI DIRE QUE CE SOIR-LÀ, IL N’AVAIT PAS LE DROIT DE COMMENTER!!!!

Alors, ce qui devait arriver, bien est arrivé. Les joues un peu rouges, j’ai servi – ravie de mon idée – le fameux plat (dont je tais le nom, j’essaierai une autre fois.) Assise à ses côtés, souriante devant mon exploit,  j’ai pris une première bouchée. Lui aussi.

ET IL N’A RIEN DIT!!

Ça partait mal. Puis, à la deuxième, le silence. (Je perdais patience.) Finalement, à la troisième bouchée – et pensant qu’il avait droit à la critique que j’exige de lui, chaque fois – il a lancé: « C’est pas comme au restaurant. Ça goûte différent. »

BANG!

La phrase qui tue. Je vous épargne la suite. Mais, nous avons eu notre première dispute. Le soir de nos noces de bois.

Ce soir où je lui ai juré qu’on mangerait du surgelé jusqu’à nos derniers jours. Et celui où il m’a juré, que plus jamais, il ne critiquerait ou ne donnerait d’avis sur ce que je cuisine.

Ça duré quinze minute. Vingt peut-être. Après on en a ri. Parce que cinq ans de mariage, c’est ça aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *