Je ne veux pas vous faire suer…

3 octobre 2016 / Commentaires


Vous dire combien, pendant des années, j’ai détesté ceux et celles qui couraient, qui en faisaient presqu’une religion. Ceux qui lançaient, tout bonnement: «J’ai couru un p’tit cinq kilomètres aujourd’hui. » Bien oui, parlons-en de ce petit cinq kilomètres, lorsque la dernière fois que t’as couru, c’est après un autobus, quand t’étais au Cegep, que tu ne voulais pas râter le dernier bus de minuit quarante-cinq pour rentrer à Repentigny après ta – grosse! – soirée à Montréal…

Bref, je détestais ces photos de coureurs, les exploits petits et grands. Jusqu’à ce qu’un jour, ma fille m’inspire. Et me donne envie de m’y mettre moi aussi.

Pourquoi ne pas me surprendre moi-même?

J’ai encore en tête, nos premiers rendez-vous. Elle, pleine de patience, qui m’avait envoyé le progamme. Celui qui était aussi irréel qu’un mirage. L’oasis dans le désert de mon activité physique – réduite à trop peu de choses.

J’ai un souvenir ému de nos premiers entraînements. Une minute de marche, une minute de course. À répétition, dix fois. Après une minute de course, je n’avais plus de souffle. Certaine que jamais je n’arriverais à franchir, ne serait-ce qu’un seul kilomètre.

Puis, quelques semaines plus tard,  à ma grande surprise, il  y a eu le premier kilomètre. Puis le deuxième. Et le troisième. La première fois que j’ai atteint le vingt minute de course, avec le teint d’une aubergine – j’avais dépassé le stade du rouge – je me suis épatée. Et j’ai compris, qu’en plus de la forme, de mon corps que je retrouvais, de ma peau qui exultait toute ses toxines, je redevenais, physiquement, fière de moi.

Et oui, j’ai fait comme les autres. J’ai pris des photos de mes chaussures de courses – désolée! – de quelques paysages croisés, en sueur. Et même de mon arrivée – parmi les dernières! – à mon 10 kilomètres. Souriante. En oubliant les centaines d’autres qui avaient franchi le fil d’arrivée bien avant moi. Parce que la course c’est ça. Se retrouver. Être fière de soi. Et oublier les autres.

Courir, c’est aussi une leçon de vie. Un pas à la fois. Une minute à la fois. Et  on se rend loin.

Plus qu’on ne l’aurait imaginé.

9 commentaires pour “Je ne veux pas vous faire suer…”

    Danielle Bernard

    Bravo Pascale.
    Moi j’ai commencé à marcher il y a 3 mois, pour moi aussi c’était l’impossible. Pourquoi j’ai décidé de marcher, parce que à l’aube de mes 60 ans et ayant beaucoup de difficultés à bouger avec mon dos en compote et mes jambes qui me faisait défaut dès le lever du matin, je me suis dit je ne peux absolument pas vieillir avec ses douleurs qui m’empoisonnait la vie. Je me suis choisie d’abord quelle énorme cadeau ce fut.
    Donc trouvons un remède qui coûte rien et qui m’apportera des bienfaits et j’ai alors choisi la marche rapide. Mes débuts furent pénibles et j’ai persisté au grand désarroi de mon chum, malgré la douleur, je me laissais point dominer par elle. Alors crois le ou non c’est devenu ma passion, et je marche presque 6 klm tous les matins avant d’aller travailler, à 5h45 je saute dans mes souliers de marche et gogogo Danielle. Les bienfaits que j’en ai retiré et que j’en retire tous les jours, sont incroyables c’est le jour et la nuit entre le jour 1 et aujourd’hui. De plus ça nous amène ailleurs c’est ça le plus beau dans tout ça!

    Je capote tellement je suis de plus en plus en forme. J’ai même incité par mes petits vidéos en direct le main, à faire lever mes amis et famille et un vent d’entraînement autours de moi s’est enclenché, marathon en famille, entraînement et mise en forme wow !!! En plus mon chum a commencé à marcher avec moi !

    Alors au lieu maintenant d’envier les gens en forme, je fais partie de ceux qui même à 60 ans ont décidé de bouger.

    De plus, mon alimentation et le fait de marcher me réussit bien, puisque je perds du poids.

    Pascale, je te suis et te trouve très pétillante, merci pour ces petites capsules et je te souhaite du succès dans ton blog 3B. Je ne doute toutefois pas de ton futur succès.

    Moi tu verras que tu entendras sûrement parler de moi un de ses 4: Grouillez-vous.com dans sa nouvelle vocation: Ensemble on bouge même à 60 ans !!!
    Au plaisir de te lire tous les jours,

    Sincèrement Danielle

    Pascale Wilhelmy

    WOW!! Danielle!
    Vous êtes inspirante!
    Et bravo pour votre 6 kilomètres le matin!
    C’est vrai que l’on se fait un grand cadeau
    lorsqu’on décide de prendre soin de nous…
    Je vais allez voir vos capsules avec bonheur.
    Merci de ce partage. Il est très apprécié.
    À très bientôt!!
    Pascale

    Nicole Hémond

    Moi aussi , je rêve de courir ! Je regarde ceux qui courent et je les trouvent beaux ! Je me dis , un jour , je vais le faire. Dans ma tête , il y a deux discours , celui qui dit , pourquoi pas toi , t’es capable et l’autre qui dit , ben non , c’est pas pour toi ….Un jour , je vais arrêter la chicane dans ma tête et foncer ! En lisant ton texte , je me dis , ben , ça se peut , pourquoi pas !

    Pascale Wilhelmy

    Nicole, c’est facile.
    Si je peux le faire: TOUT LE MONDE
    PEUT Y ARRIVER.
    Vraiment, c’est une minute de marche,
    une minute de course. Petit pas, par petit pas.
    Et juré: on s’étonne!!
    Je pars courir dans une heure,
    et tu vois, j’ai hâte…
    (Je ne l’aurais jamais cru avant.) xx

    Nicole Hémond

    Merci de tes beaux encouragements ….ils vont me trotter dans la tête !

    Francine Ferland

    Pascale, courir c’est du pur bonheur! J’ai la chance d’habiter la campagne, si je cours très tôt, les chiens des alentours m’attendent avec impatience, ils savent que je vais les saluer……si je cours entre chien et loup j’y vois les plus beaux paysages et je remercie Dieu de tant de beauté autour de moi et j’en profite pour penser à ceux-celles que j’aiment et qui sont près de moi et à ceux qui sont près de moi mais dans un monde parallèle…..je cours doucement, régulièrement, je respire à fond, je suis bien, et oui tu as deviné je suis accroché à mes petits moments de bonheur, ils m’équilibrent, je souhaite à tout le monde de trouver ce qui les fait se sentir vivant……..et tout comme toi SI MOI JE PEUX Y ARRIVER c’est accessible à tous!

    Pascale Wilhelmy

    Courir, c’est le bonheur!!
    Et pour moi aussi ça été une découverte.
    Surtout, une grande et belle surprise.
    On lâche pas!!!

    Nicole Bernatchez

    Pascale ce serait bien si tu pouvais nous montrer ou nous indiquer ton plan pour courir sa nous motiverais ensemble. Merci <3

    Gisèle Richer

    Je marche à tous les jours pour me rendre au métro, je cours souvent pour changer de ligne et je marche (rapide bien souvent) encore pour me rendre au train. 2 fois par jour et ca fait près de 10 ans. Et si par malheur, un p’tit comique a bloqué l’escalier roulant, j’ai beaucoup de diffulté à monter toutes ces marches. Hier matin, j’ai couru de ma voiture au quai (train) et j’avais les jambes molles et le haut du corps qui me brûlait. J’ai 60 ans. Je ne suis vraiment pas en forme 🙁 Je suis découragée. J’ai commencé le zumba. Je ne pensais jamais faire ca. Mais c’est bien insuffisant. J’ai aussi un surplus de poids.

Répondre à Nicole Bernatchez Annuler la réponse.

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *